news

Maroc Reconnaissance de l’État à certains établissements et universités privés 2016-2018

Maroc Reconnaissance de l’État
à certains établissements et universités et Ecoles privés
entre 2016-2018

Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MENFP) a accordé, , la reconnaissance de l’État à certains établissements et universités privés, créés dans le cadre d’un partenariat avec l’État.

«La reconnaissance par l’État de ses universités et établissements privés s’inscrit dans le cadre du renforcement du rôle de l’enseignement supérieur privé .
Au total 16 établissements reconnus depuis 2016. Une douzaine d’autres dossiers sont à l’étude.
Les diplômes seront donc : signés conjointement par le président de l’établissement concerné et celui de l’Université publique locale de la région.

Les anciennes promotions ne sont pas concernées
Avant l’obtention de la Reconnaissance, les diplômés des écoles privées n’avaient pas la possibilité d’exercer des métiers réglementés et dans la fonction publique.

En 2016
(Etablissement reconnu)

  • Université internationale de Rabat UIR est la première université privée à avoir été reconnue par l’État, et ce en 2016.

En 2017
(Etablissements reconnus)

  • Université privée de Marrakech-Tensift El Haouz,
  • Université Mohammed VI des sciences de la santé
  • Université internationale Zahraoui des sciences de la santé
  • Université internationale de Casablanca
  • Université internationale d’Agadir
  • Ecole supérieure d’architecture de Casablanca
  • ESCA École de management
  • Ecole centrale de Casablanca,

En 2018
(avis favorable de la Commission nationale de coordination de l’enseignement supérieur (CNACES))

  • EMSI (Ecole marocaine des sciences de l’ingénieur) Casablanca
  • EMSI Marrakech
  • EMSI Rabat
  • ESTEM (Ecole supérieure en ingénierie de l’information, télécommunation, management et génie civil) Casablanca
  • Sup de Co Marrakech
  • IGA Casablanca (Institut supérieur du génie appliqué)
  • HEM Casablanca (avec annexes).

Comme Rappel:
Le cahier des charges porte sur deux volets, technique et pédagogique.

  • Le premier concerne les infrastructures (les équipements, les espaces, salles, bibliothèques…).
  • Le second traite du contenu et de la structure des programmes qui doivent être accrédités à 100% par le ministère.

L’accréditation des filières est une phase obligatoire pour l’obtention de la reconnaissance des diplômes. A partir du moment où les programmes sont accrédités, le cahier des charges met l’accent sur les ressources pédagogiques et professorales. Le ministère exige des écoles que 60% du volume horaire annuel enseigné soit assuré par des professeurs permanents dont 50% doivent détenir un doctorat. Les professeurs permanents doivent intervenir pour assurer des cours qui rentrent dans leur spécialité. En outre, le ministère impose également aux écoles un ratio d’enseignant par étudiant (1pour 10 dans les domaines de la santé, 1 pour 20 en ingénierie et 1 pour 25 en gestion) et un ratio d’administratif par étudiant (1 pour 100). De plus, les écoles doivent avoir un effectif de plus de 400 étudiants. Une norme qui n’inquiète pas les professionnels de l’enseignement privé.



Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux et soyez les premiers à connaître toute l'actualité du supmaroc.com