BTS Comptabilité et Gestion

1 BTS: Brevet de technicien supérieur COMPTABILITÉ ET GESTION  CG

2.1 – Définition 
Le titulaire du diplôme, au sein des services administratifs, comptables et financiers des entreprises
ou des cabinets comptables qui l’emploient :
– organise et réalise la gestion des obligations comptables, fiscales et sociales ;
– participe à l’élaboration et à la communication des informations de gestion ;
– contribue aux prévisions et à la préparation des décisions.
Il intervient dans la conception, l’exploitation et l’évolution du système d’information de gestion de l’entreprise dans le cadre des solutions technologiques adoptées. Il peut être conduit à mettre en place une organisation comptable adaptée dans de petites structures qui en étaient  jusque là dépourvues.
Dans ce cadre, il propose au chef d’entreprises des évolutions de nature économiques, juridiques ou fiscales.
Il exerce ses activités en tant que prestataire de services pour des “ clients ”, partenaires  internes ou externes. Il agit dans des contextes de travail variés et évolutifs, dépendant à la fois de la structure juridique, de la taille, des choix organisationnels et technologiques des entreprises.
Son action s’inscrit dans le respect des obligations légales et contractuelles et des procédures internes, dans la limite des marges d’autonomie qui lui sont attribuées. Dans ses relations avec des partenairesextérieurs, il peut être amené à représenter  l’entreprise.

 

2.2 – Contexte professionnel
2.2.1 – Emplois concernés
Le titulaire de l’emploi exerce son activité principalement :
–  au sein des entreprises de secteur concurrentiel, comme comptable unique dans les petites
structures ou comme comptable spécialisé intégré à une équipe, dans les entreprises de plus grande
dimension ;
–  dans les entreprises ou organismes prestataires de services comptables et de gestion, en tant
qu’assistant ou collaborateur (cabinets d’expertise comptable, comptables agréés et fiduciaires…) ; il
peut également être chargé de clientèle ou conseiller (cabinets d’audit et de conseil) ;
– dans le secteur associatif et coopératif pour des emplois similaires à ceux du secteur concurrentiel
mais dans un contexte réglementaire spécifique ;
– dans les services comptables et financiers du secteur public.
La  pleine responsabilité dans les emplois indiqués est atteinte par l’expérience professionnelle
acquise à l’issue d’une phase d’insertion dans laquelle la maîtrise technique, les qualités d’adaptation
et le comportement sont essentiels.
Le titulaire du BTS évolue vers les fonctions d’encadrement par promotion interne et par la voie de la
formation continue.
2.2.2 – Environnement  
Le tissu économique marocain est caractérisé par une grande diversité des types d’entreprises : de
très petites entreprises familiales peu structurées voisinent avec de grandes entreprises ou des filiales
de groupes étrangers soumis à une forte concurrence internationale. Dans ce contexte les
environnements de travail du titulaire du diplôme peuvent être très différents, mais tous soumis à des
évolutions importantes.

Sous l’effet de la pression concurrentielle, les grandes entreprises opèrent de profonds changements
organisationnels caractérisés essentiellement par le recentrage sur les métiers et les missions de
l’entreprise, le renouveau de la fonction de production, l’organisation des activités autour de la chaîne
de valeur, le raccourcissement des liaisons hiérarchiques, l’allégement des structures, la
décentralisation des décisions et des responsabilités et la recherche de la qualité et de la maîtrise des
coûts.
Dans ce contexte, les services comptables et financiers des grandes entreprises, au-delà de l’utilisation
généralisée des moyens informatiques,  évoluent sous l’influence de plusieurs tendances.
L’externalisation totale ou partielle de la fonction comptable et de certaines tâches fiscales, sociales
et de gestion conduit les cabinets d’expertise comptable et les fiduciaires  à proposer des prestations
individualisées génératrices de valeur ajoutée.
–  Les entreprises de toutes tailles évoluent de plus en plus dans leurs structures juridiques et
économiques : l’entreprise individuelle se constitue en société, l’entreprise moyenne ou grande se
structure en groupe, pour ne prendre que ces exemples. Dans ce contexte, la plupart des entreprises
sont conduites à  modifier leur cadre comptable ou à adopter de nouvelles normes et de nouvelles
procédures, ces dernières pouvant inclure des tâches spécifiques liées à la consolidation des comptes.
–  Le développement des firmes en réseau,  notamment par intégration des sous-traitants et des
concurrents, peut conduire ces entreprises à harmoniser leurs systèmes comptables.
– Les services comptables et financiers peuvent fournir désormais les conseils et les informations de
gestion commandés par les clients tant internes qu’externes, avec la qualité requise et dans les délais,
tout en assurant la maîtrise de leurs coûts.
– Les systèmes d’information se développent à l’aide des technologies des réseaux, ce qui autorise
l’émergence de nouvelles  formes d’organisation du travail : télétravail, travail coopératif, travail
collaboratif.
–  L’intégration des systèmes d’information  l’utilisation des bases de données et des logiciels
professionnels communicants sont désormais  prises en compte par les services comptables et
financiers.
Par ailleurs, l’évolution du cadre juridique et fiscal oblige les entreprises individuelles et les
professions libérales à tenir une comptabilité. L’enjeu pour le titulaire du diplôme consiste alors à
structurer la fonction comptable, cette mutation pouvant conduire à la mise en place d’une véritable
organisation comptable ou à la création d’un service. Dans ce cadre, la mise en place d’un système
d’informatisation comptable et l’utilisation des technologies de l’information et la communication
sont incontournables.
Quelque soit le contexte, l’élargissement des activités comptables et de gestion conduit vers
davantage de contrôle, d’organisation et de communication. En ce sens, le titulaire du diplôme est un
porteur de changement positif s’il sait convaincre et faire partager les choix induits par les évolutions
de l’entreprise.

 
2.3 – Délimitation et pondération des activités
2.3.1 – Délimitation des activités
Quel que soit le contexte professionnel, les activités du titulaire de l’emploi s’appuient sur la maîtrise
de techniques spécifiques et intègrent de façon indissociable les dimensions organisationnelle et
relationnelle liées à la pratique professionnelle.
Le titulaire de l’emploi se voit confier la tenue de la comptabilité générale, l’établissement des états
financiers, la gestion des relations avec les administrations fiscales et sociales, la production,
l’analyse et la communication d’informations financières et de gestion, dans tout type d’organisation
et de contexte  technologique de traitement de l’information. Il s’assure de l’adéquation du traitement
de l’événement par rapport à la règle (contrôle interne et obligations légales). Il lui faut aussi s’adapter
aux évolutions juridiques et économiques, analyser et traduire ces évolutions afin de les rendre
utilisables par les autres acteurs internes et externes.

Le titulaire de l’emploi est en mesure d’assurer la gestion de la paie, le suivi des contrats de travail et
le respect des obligations sociales.
Il assure le paramétrage et  l’exploitation de  logiciels professionnels, dans  le  respect des procédures
comptables et financières.
Il peut également participer ou avoir en charge l’élaboration des données prévisionnelles, (en
particulier   la construction des budgets et des indicateurs de suivi de gestion) et produire les
informations permettant de préparer les décisions.
Ces activités le conduisent à intervenir dans l’organisation du système d’information comptable et de
gestion de l’entreprise.

 
   2.3.2 – Variabilité des activités
Les activités du titulaire de l’emploi peuvent varier selon le type d’organisation.
A : Les entreprises du secteur concurrentiel industriel et commercial.
Dans la petite et moyenne entreprise, l’activité du titulaire du diplôme est centrée sur la comptabilité
générale  et la gestion fiscale et sociale. Sa présence permet aux petites structures d’accéder à des
outils de gestion (calcul des coûts, budgets,…). Il est en mesure de concevoir et de  faire évoluer le
système d’information comptable et de gestion. Interlocuteur privilégié du dirigeant, il est chargé du
suivi des relations avec les clients, les fournisseurs et les banques et constitue le plus souvent
l’interface  entre le chef d’entreprise et les prestataires de services extérieurs (cabinet  d’expertise,
fiduciaire, sociétés de services informatiques, etc.).
Dans la grande entreprise, son activité est fortement spécialisée et s’exerce en équipe et en réseau. Il
traite l’information comptable et de gestion dans le respect des procédures existantes. Selon
l’organisation de l’entreprise, son secteur d’activité et sa taille, il agit dans le contexte plus ou moins
formalisé des procédures internes ou encore, dans une relation clients / fournisseurs avec les autres
services de l’organisation.
B : Les entreprises prestataires de services comptables (cabinets d’expertise, fiduciaires)
B1 : Assistant ou collaborateur ayant en charge des dossiers de très petites entreprises (TPE)

 

Sa mission consiste à :
– organiser le système d’information comptable dans l’entreprise ;
– traiter les flux d’informations dans le cabinet d’expertise comptable ou de la fiduciaire ;
– rendre compte et conseiller le chef d’entreprise dont il suit le dossier.
Il s’attache à développer une relation de confiance avec le chef d’entreprise dont  il a  le dossier en charge. Il agit avec une grande autonomie dans les domaines comptables, fiscaux et sociaux. Il est à l’écoute des demandes de l’entreprise cliente et est à même de proposer des solutions aux problèmes posés par l’évolution de la structure de la TPE (embauche de nouveaux salariés, modification du
régime fiscal, etc.). Sa mission de conseil s’étend au domaine de l’informatique de gestion, en particulier dans l’accompagnement des évolutions technologiques liées au transfert  numérique des données.
B2 : Assistant ou collaborateur ayant en charge des dossiers de petites et moyennes entreprises (PME) et de plus grandes entreprises.
Responsable du dossier, il intervient en complément du service comptable interne dans des domaines plus spécialisés en fonction de la mission qui lui a été confiée. Avec de l’expérience, son action peut s’élargir au conseil ou à la formation au sein de l’entreprise cliente.
Le collaborateur doit adapter sa communication à ses interlocuteurs (utilisation  d’un  langage compréhensible par des non-spécialistes).
C : Les secteurs public, associatif et coopératif
C1 : Le secteur public
Le titulaire de l’emploi participe à la gestion d’un service public ou d’un établissement public ou
d’une collectivité territoriale dans le respect des normes comptables publiques. Il peut être amené à
organiser et mettre en œuvre des outils de contrôle de gestion.
C2 : Le secteur associatif et coopératif
Les emplois comptables et de gestion du secteur associatif et coopératif peuvent être assimilés à ceux
des entreprises du secteur concurrentiel en tenant compte des finalités propres à ces organisations,
dans le respect de leurs normes spécifiques.

 

Comptabilité et Gestion

BTS COMPTABILITÉ ET GESTION CG site supmarocBTSBTS
1 BTS: Brevet de technicien supérieur COMPTABILITÉ ET GESTION  CG2.1 – Définition  Le titulaire du diplôme, au sein des services administratifs, comptables et financiers des entreprises ou des cabinets comptables qui l'emploient : - organise et réalise la gestion des obligations comptables, fiscales et sociales ; - participe à l'élaboration et à la...